Les diamants, un produit d’investissement avec une fiscalité très attractive.

fiscalité du diamant

Insérés dans un bijou, les diamants ne sont pas soumis à des taxes pour les particuliers qui souhaitent s’en dessaisir et les revendre afin d’améliorer l’ordinaire. Acheter des diamants d’occasion constitue également une opportunité très intéressante en termes de prix mais aussi d’un point de vue fiscal.

L’an dernier alors que les prix de l’or étaient au plus haut, les particuliers ont commencé à s’intéresser aux diamants comme produit d’investissement. En 2012, plusieurs études ont été publiées comme celle de la société de consulting Bain & Company qui anticipait un décalage croissant entre l’offre et la demande notamment en raison d’une hausse de la demande dans les pays émergents. Si à la différence de l’or, la progression des cours s’est poursuivie en moyenne depuis le début de l’année, les cours du diamant ont enregistré de fortes évolutions depuis l’automne dernier à la hausse comme à la baisse. Cependant, à moyen long terme, l’évolution des prix semble plutôt favorable au diamant. Celui-ci pourrait ainsi progressivement s’imposer comme une valeur refuge auprès des particuliers.

Pas de taxes sur les transactions sur les bijoux achetés pour être revendus d’occasion.

Il est d’autant plus intéressant que dans certains cas, aucune fiscalité n’est appliquée aux transactions sur les diamants. En effet, lorsque l’on achète un diamant chez un bijoutier qui le vend neuf, une TVA à 19,6% est appliquée, celle-ci vient renchérir le prix du bijou. Par contre, en achetant un bijou d’occasion, seule la marge du revendeur sera soumise à TVA, ce qui contribue à diminuer le prix de vente. Par ailleurs, quand il s’agit de transactions sur des bijoux qui sont repris en tant que bijoux, à la différence des transactions sur métaux précieux sur lesquelles pèsent une taxe forfaitaire de 8%, aucune taxe n’est prélevée.
La taxe forfaitaire ne s’applique en effet qu’aux bijoux destinés à la fonte ou aux déchets.
Enfin, dernier avantage et non des moindres, acheter un diamant d’occasion revient beaucoup moins cher qu’acheter un diamant neuf.

Entre 20% et 40% moins chers que les cours.

Grosso modo, le prix d’un diamant est déterminé en fonction du Rapaport. Celui-ci constitue une moyenne des prix des transactions. Les bijoux achetés et vendus d’occasion doivent se situer dans une fourchette comprise entre -20% et -40% par rapport au Rapaport en fonction du nombre de carats, de la taille, de l’aspect etc.
Et il faut le rappeler, les diamants sont inaltérables, par conséquent, cela ne fait aucune différence, si ce n’est le prix, de les acheter chez un bijoutier neufs ou de les acheter d’occasion dans un comptoir.
Les diamants « d’occasion » peuvent ou non disposer d’un certificat d’authenticité. Pour acquérir un diamant certifié, il faudra alors ajouter en fonction du nombre de carats une somme comprise entre 200 et 600 euros. Quand on s’adresse à une boutique qui a pignon sur rue et qui délivre une facture, il n’est pas forcément nécessaire d’acquérir exclusivement des diamants certifiés, ce qui permet là encore de diminuer le prix d’acquisition.

Célébrer un évènement de la vie.

Des prix attractifs, une fiscalité inexistante, le diamant d’occasion constitue donc un placement d’avenir.
Il permet aussi de fêter des événements de la vie comme des fiançailles, un mariage ou encore une naissance, en faisant plaisir en offrant un bijou qui dure toute une vie, mais aussi peut être facilement revendu en cas de difficultés.